PROJET COLLAPSE

PROJET COLLAPSE

Spectacle 1 : POURVU QUE LE MONDE NE S'ÉCROULE PAS AVANT LA SORTIE DU FINAL DE GAMES OF THRONE ! (titre provisoire)

CRÉATION 2019. SPECTACLE 6

Où il sera question du climat, des grille-pains, de la confection d'une bougie, du meilleur moyen de faire un zombie crédible, d'un cygne noir, et juste de la fin du monde, entre autres. 

C'est le principe de la tragédie : la fin intolérable est annoncée. Tout le monde la connaît. Il suffirait d'un rien pour l'éviter mais chacun est dans son droit. Alors personne ne bouge. Alors, écartant les rideaux d'un geste adroit, gracieux et conquérant, la fin tragique entre en habit de bal. Élégante et légère, elle dévaste le monde. Derrière elle, une traînée de cadavres. Fin.

Les collapsologues, aujourd'hui, font office de coryphées. Ils annoncent l'effondrement des civilisations industrielles, et ses suites. Nous sommes dans la tragédie au sens théâtral du terme. Au sens humain aussi. C'est-à-dire que les collapsologues ne se contentent pas d'annoncer une apocalypse divine ou extraterrestre, non, il ne s'agit pas là de croyance, ils étudient les données scientifiques de l'effondrement : stocks des ressources énergétiques disponibles (et la manière dont on les utilise), augmentation croissante de la population mondiale, état de la pollution, niveau des changements climatiques, évolution de l'économie mondiale.

Au début de leur livre, Comment tout peut s'effondrer[1], Pablo Servigne et Raphaël Stevens, tels deux Tirésias aux tristes figures, nous annoncent sans rire : "Le sujet de l'effondrement est un sujet toxique qui vous atteint au plus profond de votre être. C'est un énorme choc qui dézingue les rêves. Au cours de ces années de recherches, nous avons été submergés par des vagues d'anxiété, de colère et de profonde tristesse avant de ressentir, très progressivement, une certaine acceptation, et même, parfois de l'espoir et de la joie."

C'est le moment où tout être censé referme le livre et file à la pêche ou au sauna ou au ciné pour voir une chouette comédie romantique. La dernière fois que j'ai tourné des semaines autour d'un livre, très prudemment, en n'osant plus l'ouvrir, ou simplement pour quelques pages avant de le repousser, envahi par l'angoisse, c'était à la lecture de Ça, de Stephen King. Mais Ça était une fiction d'horreur. J'avais alors l'option : "ranger le livre et aller boire une tisane sous la couette de mon monde douillet et rassurant". Quand vous refermez Comment tout peut s'effondrer, vous vous retrouvez face au monde avec ses crises économiques, ses migrations de masse, son air pollué, ses canicules, ses ministres de l'écologie qui filent à l'anglaise... Là, vous voulez refermer le monde. Mais c'est chaud quand même…

Alors vous êtes pris de vertige, vous passez quelques nuits blanches et vous vous prenez en main. Vous vous dites qu'il n'y a peut-être pas de sujet plus important à traiter. Rien de moins vendeur non plus. Qui veut voir annoncer la fin de son monde ? Personne. Clairement personne. Non seulement personne ne voudra voir le spectacle mais il n'est pas impossible que notre civilisation ne s'écroule avant qu'il ne soit achevé. Je ne sais pas si cette dernière pensée est rassurante ou inquiétante.

 


[1] P. Servigne et R. Stevens, Comment tout peut s'effondrer, collection Anthropocène, éditions du Seuil, 2015.